"banner top"

Le développement durable

Article au format PDF

Le développement durable est un thème qui me tient à cœur et qui est aussi au centre des préoccupations du gouvernement tout entier. Nous devons assumer ensemble nos responsabilités face au futur et pour cela insister sur un développement durable. Les objectifs du programme gouvernemental de la législature 2007 – 2010 montrent clairement que, dans tous les domaines, la politique du Conseil exécutif est guidée par le principe de la durabilité. Il s’agit de stimuler:

  • l’activité économique,
  • la solidarité sociale et
  • la protection des ressources naturelles du canton de Berne.

Pour atteindre ses objectifs, le Conseil exécutif a  défini sept priorités. J’aimerais, ici, mettre un accent tout particulier sur l’innovation et la qualité de la formation.

L’innovation constitue un facteur de succès essentiel tant pour le développement de l’économie que pour garantir des places de travail dans le canton de Berne. Il est important d’instaurer un climat favorable à l’innovation et de créer des conditions propices au transfert de savoir et de technologie entre les hautes écoles et l’économie. Il faut donc encourager la collaboration entre la recherche et l’économie, afin de pouvoir appliquer et exploiter économiquement les résultats de la recherche.

L’excellence de la formation permet à l’individu de se forger une identité et de s’intégrer dans sa culture et sa société. De plus, ce savoir issu de la formation, de la recherche et de la technologie, est la condition sine qua non pour que le canton de Berne reste concurrentiel au niveau international. Une formation de qualité requiert donc des institutions de formation dirigées de manière responsable et un corps enseignant compétent et motivé.

Un échange d’idées sur le développement durable entre des représentants des trois institutions d’études supérieures bernoises (Uni, HEP, HESB) a révélé un grand potentiel de collaboration qui se doit d’être mieux exploité. Une première mesure a déjà été discutée: créer un «Conseil de la durabilité» (niveau stratégique) et un office de la formation supérieure (niveau opérationnel). Nous poursuivrons cette discussion à la fin du mois de juin de cette année.

Je salue l’intérêt tout particulier que la Haute école spécialisée bernoise (HESB) porte au développement durable et constate avec satisfaction que cette problématique est thématisée tant à la Direction de la Haute école spécialisée qu’au sein des deux commissions Enseignement et Recherche appliquée & Développement. La variété de l’offre ainsi que la recherche appliquée et le développement confèrent à la HESB une place particulière dans le paysage bernois de la formation.